Blog Archives


Il vaut mieux éviter d’avoir à prendre des médicaments, c’est évident !

Toutefois, quand la maladie est là, quand le risque de fracture monte en flèche, il n’y a souvent plus d’autre solution pour diviser par 2 à 4 le risque de fractures.

Certaines personnes prennent ces médicaments, puis, sous la pression des réseaux sociaux ou de leur entourage, elles prennent peur et les arrêtent brutalement.

Cet article nous rappelle qu’il est important de prendre des précautions lors des arrêts du Prolia, car la fragilité osseuse peut remonter très rapidement à la fin du traitement.

Il est important de faire l’arrêt en liaison avec son médecin, qui pourra proposer des mesures adaptées pour une transition réussie.

Prenez soin de vous !

http://www.lavoixdelain.fr/actualite-34007-osteoporose-l-arret-du-traitement-par-prolia-augmente-le-risque-de-fracture


Les lecteurs du blog savent déjà tout cela…
Mais devant la désinformation ambiante, cela vaut la peine de le rappeler une nouvelle fois : les laitages fermentés (et particulièrement les yaourts, et les fromages à pâte dure) permettent d’apporter des quantités importantes de calcium dont nos os ont besoin, particulièrement quand nous en formons (adolescence) ou quand nous commençons à prendre de l’âge.
Il est intéressant de noter que l’article mentionne le peu d’intérêt du lait liquide (d’autres études ont montré qu’il pouvait même poser problème).
Bref, si vous aimez les yaourts, si vous aimez les formages à pâte dure, vous faites du bien à vos os !
Bon appétit !

http://www.lavoixdelain.fr/actualite-34069-des-yaourts-et-du-fromage-contre-la-fracture-de-la-hanche

L’importance des protéines


Un résumé d’un article scientifique intéressant qui confirme l’importance des protéines dans la santé osseuse…
Nous savions déjà que l’os comprend une matrice biologique et une matrice minérale. Ces deux matrices sont étroitement imbriquées et nécessitent des apports spécifiques.
D’après cette étude, des apports supérieurs en protéines permettent d’augmenter légèrement la densité osseuse (sous réserve d’apports suffisants en calcium).
Ce qui es intéressant, c’est que cette étude va à l’encontre des recommandations que l’on rencontre tous les jours dans les médias sur la nécessité de diminuer notre consommation de protéines.
Protéines et calcium sont insuffisants pour assurer une bonne santé osseuse : il faut aussi de la vitamine D, du magnésium et une bonne dose d’exercice physique adaptée.
Bon appétit !

https://www.santelog.com/actualites/sante-osseuse-et-osteoporose-un-apport-proteique-eleve-est-benefique

Faire du gras au lieu de l’os…


Cet article nous présente une découverte récente : comment des cellules adipeuses (de graisse) remplacent progressivement les ostéoblastes (les cellules qui construisent l’os).
En fait, les cellules osseuses, les cellules cartilagineuses, les cellules musculaires et les cellules adipeuses proviennent des mêmes cellules souches. L’évolution vers l’une ou l’autre de ces cellules est fonction des signaux qui sont envoyés par le corps. Avec le temps et l’âge, il apparaît que les signaux qui entraînent la production de cellules osseuses diminuent au profit de signaux favorisant les cellules adipeuses…
En restaurant les bons signaux, il devrait être possible de former plus de cellules osseuses.
Mais en attendant de savoir comment faire, nous avons tout intérêt à prendre soin de nous en stimulant intelligemment nos os (et nos muscles) et en les nourrissant adéquatement.
Prenons soin de nous !
https://www.santelog.com/actualites/osteoporose-et-si-le-gain-de-graisse-expliquait-la-perte-osseuse-liee-lage


C’est sans doute une annonce prématurée, pour une découverte qui ne sera utilisée dans quelques années…
On vient d’inventer une colle pour les os pour réparer rapidement les fractures.
Sur des os bien vivants !
Il paraîtrait que cette colle est suffisamment solide pour assurer une bonne solidité de l’os. Est-ce à dire que l’on pourra se passer d’immobilisation et de plâtrage ? l’article ne le dit pas.
Le gros intérêt est que cette colle est « biocompatible », c’est-à-dire qu’elle ne réagit pas négativement avec le corps.
Les essais cliniques semblent encore à faire…
Mais de toute façon, il vaut mieux éviter d’en avoir besoin… en faisant de la prévention et en soignant son équilibre !
Ce que nous faisons toutes et tous dans ce groupe, bien sûr !