Pourquoi la santé de nos os dépend de celle de nos artères…


Pourquoi la santé de nos os dépend de celle de nos artères…

Résumé :

La santé cardiovasculaire a un impact de long terme sur la santé de nos os. Si nos artères sont bouchées, sclérosées, les nutriments et les matériaux nécessaires à l’entretien et à la réparation de nos os arrivent mal et les déchets sont trop peu évacués. Bref, nos os ont eux aussi l’âge de nos artères…

 

 

 

 

 

Des observations convergentes…

Les corrélations, c’est-à-dire les liens statistiques entre risque cardio-vasculaire et ostéoporose sont connus depuis des dizaines d’années. On sait qu’une personne atteinte d’ostéoporose a très souvent un risque accru d’accident vasculaire cérébral. On sait également que les personnes artéritiques (souffrant d’une maladie des artères) sont plus souvent ostéoporotiques que les autres. On a également observé que, dans les têtes de fémur ostéoporotiques, les petites artères (artérioles) souffrent de lésions d’artérosclérose.

Comme le dit le professeur Laroche du CHU de Toulouse : « Toutes les études épidémiologiques sont concordantes : les malades ayant une artériopathie sont fréquemment ostéoporotiques ».

 

Des explications plausibles

Les explications données par les scientifiques pour ces observations relèvent de deux ordres :

  • D’une part, l’athérosclérose entraîne une obstruction des minuscules vaisseaux sanguins qui alimentent les os. Cette obturation limite les apports des nutriments et des matériaux d’entretien et de remodelage des os (sucres, protéines, oxygène, calcium, magnésium, vitamine D…). En outre, elle ralentit l’évacuation des déchets et des « gravats » produits par le catabolisme osseux.
  • D’autre part, il apparaît, d’après les expériences réalisées, que des niveaux élevés de lipides ou de cholestérol (graisses) dans le sang entraînent :
    • une calcification des vaisseaux sanguins
    • ainsi qu’une baisse de la reconstruction osseuse (inhibition de la différenciation ostéoblastique).

 

Convergences

Il apparaît ainsi que la santé cardiovasculaire est un élément essentiel de la bonne santé générale et durable du corps humain. On vient de voir que la santé cardiovasculaire a un impact fort sur la santé des os. Les médecins ont également mis en évidence qu’elle favorise la santé du cerveau (démences et Alzheimer), la santé des cartilages (arthrose), la santé des muscles (sarcopénie), etc.

Il n’y a aucun mystère derrière cela : quand les vaisseaux sanguins sont rétrécis ou bouchés, tous les organes en subissent les conséquences et finissent par dégénérer.

 

Que faire ?

On sait qu’il est possible de faire régresser la plaque d’athérome qui encombre les vaisseaux sanguins, notamment par des traitements de statines (médicaments pour baisser la cholestérolémie). Toutefois, entre le moment où l’on a commencé à accumuler les plaques d’athérome (cela se produit dès l’adolescence) et le moment où les vaisseaux sanguins sont nettoyés et propres, des dégâts en partie irréversibles ont déjà pu se produire.

Comme toujours, en matière de santé, il vaut mieux prévenir que guérir.

Il va s’agir de garder un taux de cholestérol total fort bas (<1,60 g/l selon le Dr Roizen), un taux de bon cholestérol élevé (>0,55 g/l selon le Dr Roizen), une pression artérielle basse (<120/80 mm de mercure selon le Dr Roizen)…

A cet effet, tout l’arsenal pour la prévention cardiovasculaire est à notre disposition :

  • le régime crétois (avec quelques améliorations du côté des lipides et des laitages),
  • l’exercice physique régulier,
  • une bonne hygiène mentale et relationnelle…

Vous trouverez tous les détails dans la série des 10 articles de suggestions pour une « grande forme & santé durable »…

 

Conclusion

La santé cardiovasculaire est à la base du bon fonctionnement de l’ensemble de notre corps et en particulier, de notre squelette. Pour prévenir l’ostéopénie et l’ostéoporose, pour une meilleure santé osseuse, il convient de soigner, de prendre soin de nos artères…

Il convient aussi d’avoir des apports suffisants en calcium, en magnésium, en vitamine D et de pratiquer des activités physiques en charge et avec chocs

Mais, cela, vous le saviez déjà…

 

Sources :

Artériosclérose et ostéoporose, Michel Laroche

Revue du Rhumatisme Monographies 04/2013; 80(2):132–135.

 

Circulation intra-osseuse et affections osseuses, M. Laroche,

La Lettre du Rhumatologue – n° 301 – avril 2004, page 51

 

« Links between cardiovascular disease and osteoporosis in postmenopausal women: serum lipids or atherosclerosis per se? » Y. Z. Bagger, H. B. Rasmussen, P. Alexandersen, T. Werge, C. Christiansen, L. B. Tankó, PERF study group

Osteoporosis International, Avril 2007, Volume 18, numéro 4, pp 505-512,

 

« Role of Lipids in Osteoporosis, Farhad Parhami, Alan Garfinkel, Linda L. Demer ,

Arteriosclerosis, Thrombosis, and Vascular Biology. 2000; 20: 2346-2348

 

Lee CW et coll.: Comparison of Effects of Atorvastatin (20 mg) Versus Rosuvastatin (10 mg) Therapy on Mild Coronary Atherosclerotic Plaques (from the ARTMAP Trial). Am J Cardiol 2012; 109: 1700–1704.

 

« Real Age », Dr Michael F. Roizen, chez Thorsons

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *