Les vrais risques des médicaments contre l’ostéoporose

3

Les vrais risques des médicaments contre l’ostéoporose

Ostéoporose : prévenir ou guérirRésumé :

Pour être efficaces rapidement, les médicaments contre l’ostéoporose empruntent des voies qui trompent la chimie du corps et entraînent des effets secondaires peu agréables (douleurs, vertiges, crampes…), voire même fatals (phlébites, embolies, problèmes cardiaques…). Mieux vaut donc prévenir que guérir.

La situation est grave (et presque désespérée)…

Nous avions déjà parlé, dans un article précédent, de l’ostéoporose et de la façon de la prévenir par des comportements adaptés : exercice physique, alimentation, soleil et vitamine D. Nous avions notamment signalé (et, sauf erreur de ma part, vous étiez d’accord) que les personnes qui ont une activité physique importante construisent des os plus solides et des muscles plus puissants, et ceci jusqu’à des âges fort avancés (au-delà de 80 ans)…

Toutefois, il peut arriver (notamment si l’on n’a pas adopté les comportements protecteurs en temps utile) qu’une diminution importante de la masse osseuse implique un traitement médical pour remédier à la situation. Votre médecin pourra alors vous prescrire des médicaments qui pourront, au moins partiellement, remédier à la situation.

Quatre grandes classes de médicaments

Les principaux médicaments utilisés sont : les biphosphonates, les modulateurs sélectifs des récepteurs d’oestrogènes, le ranélate de strontium et la parathormone.

Les biphosphonates s’intègrent dans les os, grâce à leur ressemblance avec certaines molécules naturelles. Ils sont très difficilement délogés par les ostéoclastes (les molécules qui détruisent l’os) : l’affaiblissement de la structure osseuse est ralenti.

Les modulateurs sélectifs des récepteurs d’oestrogènes intensifient l’action positive des oestrogènes sur l’os permettant ainsi de le renforcer, limitant les inconvénients des oestrogènes sur d’autres organes.

Le ranélate de strontium utilise un métal alcalino-terreux (le strontium) de propriétés chimiques proches de celles du calcium. Il va donc s’intégrer dans la structure osseuse, augmenter sa synthèse et diminuer sa destruction.

Enfin, la parathormone peut être utilisée pour accélérer la croissance des os.

Des effets secondaires à prendre en compte…

Si ces différents médicaments ont une efficacité démontrée, et documentée dans la presse scientifique médicale, ils sont également à l’origine d’un certain nombre d’effets secondaires plus ou moins négatifs (outre les dépenses qu’ils induisent) qui font que leur utilisation est limitée.

Les biphosphonates peuvent entraîner des problèmes oculaires (inflammations et lésions), des douleurs osseuses, des problèmes gastriques, des ulcérations gingivales, une nécrose des os de la mâchoire (à haute dose), une ostéopétrose (densification et fragilisation de certains os), des troubles du rythme cardiaque… Certains de ces risques peuvent être très graves.

Les modulateurs sélectifs des récepteurs d’oestrogènes peuvent causer des bouffées de chaleur (après la ménopause), des crampes, des risques de phlébite et d’embolie…

Le ranélate de strontium entraîne une petite augmentation, souvent transitoire, des risques de maux de tête, nausées, diarrhée, eczéma. Il entraîne également des risques allergiques et des risques cardiovasculaires graves (embolies et troubles cardiaques majeurs)…

La parathormone peut entraîner des vertiges et des crampes…

Mieux vaut prévenir que guérir…

L’immense avantage de ces médicaments est qu’ils permettent, partiellement et assez rapidement, de renforcer une structure osseuse très dégradée, ce qui n’est pas accessible par des mesures d’hygiène courante. Leur puissance thérapeutique implique d’utiliser des raccourcis biologiques pour agir sur l’os, ce qui entraîne des effets secondaires parfois majeurs à moyen et long terme.

Quand cela est possible, il vaut donc mieux prévenir que guérir, adopter des comportements préventifs en matière d’activité physique, d’alimentation et d’exposition (raisonnée) au soleil…

Les personnes, et tout particulièrement les femmes (mais pas uniquement elles), dont des ascendants ont souffert d’ostéoporose doivent être extrêmement vigilantes sur la question.

Category: Minéraux, Ostéoporose

3 responses

  1. Homnes dit :

    Par arrêté du 16 janvier 2015, le ranélate de strontium a été radié de la liste des médicaments remboursables en France pour insuffisance du service médical rendu.
    Le déremboursement est entré en vigueur le 1° mars 2015.

    En outre, si, en 2014, la Commission Européenne avait maintenu la possibilité de maintenir le Protélos (rhanélate de strontium) disponible en Union Européenne, cela avait été fait avec des restrictions supplémentaires :
    Il est considéré comme un traitement de seconde intention (si les autres médicaments ne sont pas utilisables), chez des patients sévèrement atteints par l’ostéoporose, n’ayant pas de contre-indication à ce médicament et sous réserve d’une surveillance cardio-vasculaire régulière…

  2. felicie dietrich dit :

    l’ostéoporose touche essentiellement les femmes; donc les hommes sont epargnés.I;Tant de progrès ont fait avancer la médecine. cette maladie n’est pas nouvelle. pour quelles raisons n’y a t-il pas
    des recherches plus nombreuses? Il me semble que la volonté de rechercher les
    causes est un peu légère et u’il manque la volonté ou l’intérêt d’y remédier. alors que contre le sida, tant de
    de gens connus se mobilisent. l’ostéoporose c’est moins chic. c’est une question de société.
    L’argent afflue pour la lutte contre le sida. C’est navrant. Organisez une soirée chic contre
    l’osteoporose, faites-en des associations avec des personnalités en vue, cela pourrait marcher.

    • Homnes dit :

      Merci pour votre important commentaire.
      L’ostéoporose touche essentiellement les femmes, c’est vrai.
      Elle touche aussi les hommes, dans une moindre proportion, mais ils ne sont pas épargnés.
      C’est une maladie de dégénérescence : cela veut dire qu’elle se manifeste progressivement, en partie en raison du moins bon fonctionnement de notre métabolisme lié au vieillissement, mais également en raison des comportements défavorables dont nous avons hérités.
      Nos ancêtres vivaient bien moins longtemps que nous, et le mode de vie qu’ils avaient, que nous conservons en partie, n’était pas adapté pour nous conserver durablement un corps en bonne santé.
      Nous pouvons faire beaucoup mieux qu’eux.
      Nous pouvons reminéraliser nos os et prolonger notre santé durablement pendant des lustres supplémentaires.
      Il s’agit de nous y prendre à temps.
      Il s’agit d’adapter nos comportements dès que possible, dès maintenant.
      Certes, les accidents existent et ça ne marchera pas pour tout le monde.
      Cela marchera pour l’immense majorité de ceux qui prendront soin d’eux intelligemment.
      Prenons soin de nous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *