Pourquoi Wagner n’a pas écrit l’ordure (du) rein ?


Pourquoi Wagner n’a pas écrit l’ordure (du) rein ?

Résumé :

les reins sont des organes fragiles qui filtre en permanence le sang et en élimine les petites molécules en surnombre. Il convient d’en prendre pour qu’ils fonctionnent efficacement et longtemps.

Deux reins, est-ce bien utile ?

Hormis nourrir les gourmands (les rognons de veau sont des reins), les reins ont de multiples fonction vitales dans l’organisme : hormonales (glandes surrénales), tensionnelles (tension artérielle), épuratrices (élimination des déchets), équilibre hydrique et électrique… :

  • Les glandes surrénales (situées sur le rein) produisent des hormones qui interviennent pour réguler les situations de tension (stress) ou l’équilibre hydro-sodé (équilibre d’eau et de sodium ou sel).
  • Le rein en retenant l’eau ou en l’éliminant vers la vessie régule la tension artérielle ainsi que l’équilibre hydrique.
  • En même temps qu’il évacue de l’eau, le rein filtre et évacue les petites molécules inutiles ou toxiques qui circulent dans le sang. Ces petites molécules peuvent êtres des déchets de grandes molécules résultant du métabolisme biochimique du corps (urée ou créatinine par exemple) ou des sels et des ions présents en quantités suffisamment importantes.

Les oreilles de l’intérieur

Le rein ressemble à un gros haricot de la taille d’une oreille environ. Toute personne normalement constituée a deux reins, situés dans le bas du dos, et reliés au système cardiovasculaire (arrivée du sang à épurer et départ du sang épuré) et à la vessie (évacuation de l’urine).

Dans les 12 cm qu’il mesure de haut en bas, le rein cache un système de filtrage complexe fait de multiples unités de filtration (un million de néphrons par rein environ) qui reçoivent le sang à filtrer, restituent le sang purifié et produisent de l’urine. Cette urine est collectée dans une sorte d’entonnoir qui débouche sur l’uretère, le tuyau qui relie le rein.

Une vraie centrale de traitement des eaux du sang !

La filtration se fait en deux temps : un premier temps où une grande quantité de liquide est filtrée, et un deuxième temps où l’essentiel de ce liquide est réintégré dans le sang.

Chaque néphron va recevoir du sang d’une minuscule artère et une urine primitive va traverser la paroi de l’artère pour pénétrer dans le néphron. L’urine va passer ensuite dans une succession de tubules (minuscule tuyau de filtration) et une grande partie des constituants de l’urine primitive vont être filtrés en sens inverse et réintégrer la circulation sanguine. A la fin du parcours, il ne restera plus dans l’urine finale que de l’eau et des éléments à évacuer, ainsi que quelques fuites mal contrôlées par les reins.

En moyenne, une personne évacue environ 1,5 l d’urine par jour, mais le débit de l’urine primitive est évalué à 180 litres par jour, ce qui fait que le néphron réabsorbe 99% de l’eau de l’urine primitive, ainsi qu’un certain nombre de molécules et en particulier de minéraux.

Direction les égouts…

L’urine primitive contient beaucoup d’eaux, toutes les molécules à éliminer, ainsi que des éléments utiles de petite taille en grandes quantités (on a repéré plus de 400 constituants différents dans les urines) : molécules (vitamines, acides aminés, hormones…), sels et ions présents dans le liquide du sang.

Les molécules et minéraux intéressants pour le corps vont être récupérés dans le néphron de manière active pour ne laisser subsister dans l’urine finale que des quantités limitées correspondant d’une part à des fuites (le contrôle de la réabsorption n’est pas parfait) et aux quantités à éliminer. A cet effet, des cellules spécialisées vont se mettre au travail pour récupérer dans le flot d’urine tous les composants utiles (glucose ou sodium par exemple). Des hormones spécifiques peuvent moduler la récupération en fonction des besoins du corps en certains éléments. Pour le fer, a contrario, la régulation à l’excrétion étant inexistante, celui que l’on retrouve dans les urines correspond à des fuites inéluctables.

Une plaisanterie courante que l’on dit en Amérique du Nord est que les américains ont l’urine la plus onéreuse du monde, tant elle est chargée en minéraux et vitamines hydrosolubles provenant de compléments alimentaires…

Un organe à entretenir et à soigner

Le rein est un organe majeur qui peut mal vieillir, qui peut être endommagé par des comportements inadéquats et qu’il convient de ménager car nous n’en avons que deux et les systèmes de remplacement sont loin d’être parfaits. Nous y reviendrons ultérieurement.

Enfin, pour répondre à la question du titre de l’article, si Wagner ne pouvait pas écrire l’ordure (du) rein, il aurait pu parler de l’égout des reins…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *