Le cercle vicieux entre surpoids et ostéoporose


Le cercle vicieux entre surpoids et ostéoporose

Squelette obèseRésumé

Le surpoids affaiblit notre squelette. En effet, il le prive d’un certain nombre d’aliments et d’oligoéléments indispensables à son fonctionnement et à ses réparations. Inversement, certaines études médicales ont montré que le calcium et la vitamine D contribuaient à une meilleure régulation du poids.

Un rapport surprenant

A priori, la question peut sembler extraordinaire, ou, à tout le moins, surprenante.

En effet, si l’on est en surpoids, la musculature et l’ossature doivent s’adapter pour soutenir et mouvoir le supplément de poids.

Cela devrait donc avoir un effet favorable sur la croissance des muscles et sur la solidité des os.

En fait, ce n’est pas si simple.

Un surpoids défavorable à la santé

En premier lieu, il est connu depuis très longtemps que le surpoids a un effet négatif sur la santé cardiovasculaire.

D’une part, le surplus de graisses circulantes a un effet négatif sur les artères en les obstruant.

D’autre part, les cellules grasses du corps, quand elles sont trop développées, ont un effet inflammatoire chronique : nous avons déjà vu les effets négatifs dans tout l’organisme de l’inflammation, qui entraîne des dégâts liés aux maladies de dégénérescence en général, et l’ostéoporose en particulier.

En outre, ce que nous savons tous, la tension artérielle a tendance à augmenter avec le poids d’un individu. Le cœur a de moins en moins de possibilités de se reposer : il s’use prématurément…

Des études récentes ont en effet montré que le surpoids, et encore plus l’obésité, étaient liés à un déficit en calcium et en vitamine D.

La vitamine D

Pour ce qui concerne la vitamine D, il se trouve qu’elle est véhiculée et stockée dans les graisses (c’est une vitamine liposoluble). Et les personnes enveloppées (un peu ou beaucoup) ont des cellules grasses surdimensionnées. Celles-ci séquestrent la vitamine D et l’empêchent de circuler correctement pour atteindre les organes où elle serait utile.

Une étude espagnole récente montre également que les personnes en manque de vitamine D ont plus de risque de devenir obèse que les personnes ayant un statut vitaminique supérieur.

Le calcium

En matière de calcium, des études sur des populations féminines ont montré qu’un déficit en calcium favorisait la prise de poids. Les chercheurs ont interprété cette prise de poids comme une tentative du corps de trouver le calcium dont il a besoin pour fonctionner correctement en incitant la personne en déficit à manger plus (et donc à prendre du poids, par contrecoup). A contrario, des femmes québécoises en surpoids chez qui l’on veillait à ce qu’elles atteignent les 1200 mg/jour recommandés, perdaient beaucoup plus de poids que celles qui étaient en déficit relatif (600 mg/jour). Les mêmes chercheurs ont pu montré que moins l’on consomme de calcium, plus le pourcentage de masse grasse est important, plus le tour de taille est fort et plus le mauvais cholestérol augmente…

Conclusion : soyons vigilants !

Ainsi donc, on s’aperçoit que l’obésité et l’ostéoporose peuvent employer les mêmes armes pour nous empêcher de profiter pleinement et durablement de la vie.

Toutefois, un être humain averti en vaut deux : nous allons pouvoir être encore plus vigilants quant à nos apports en vitamine D et en calcium, ainsi qu’à notre poids.

Cette vigilance est d’autant plus la bienvenue que l’on sait qu’il est particulièrement difficile d’atteindre les niveaux utiles de vitamine D et de calcium dans nos pays : plus de 80 à 90% de la population est en déficit de l’un ou l’autre nutriment, voire même des deux. En outre, le surpoids est en augmentation importante depuis plusieurs années.

Sources :

Major G, Alarie FP, Doré J, Tremblay A. Calcium plus vitamin D supplementation and fat mass loss in female very low-calcium consumers: potential link with a calcium-specific appetite control.

The British journal of nutrition. 03/2009; 101(5):659-63

Du calcium pour faire fondre la graisse

Jean Hamann

Le fil, Université Laval

Volume 44, numéro 2412 mars 2009

Molero IG et al. Hypovitaminosis D and incidence of obesity; a prospective study. Eur J of Clin Nutr, 2013

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *