Comment « piloter sa forme » ?


Résumé :

La médecine, ce n’est pas la santé : mieux vaut prévenir que guérir. Ce sont nos comportements qui déterminent, à long terme, notre « grande forme et santé durable ».

Etats-Unis versus Cuba

Il y a quelques années, en suivant un cours d’économie de la santé, j’avais été frappé d’apprendre que l’espérance de vie au Costa Rica était comparable à celle des Etats-Unis (ou de Cuba). Le professeur avait alors indiqué que la médecine, ce n’est pas la santé, ou plutôt que la santé est autre chose que la médecine : pour être en bonne santé, il convient déjà d’éviter de se mettre en danger, la médecine ne pouvant réparer que les plus gros dégâts sans pour autant restaurer ce qui a été profondément endommagé.

Votre état de forme et de santé, comme le mien d’ailleurs, est la résultante de notre terrain biologique et de ce que nous en faisons. Pour faire court, de notre patrimoine génétique et de nos comportements.

Nous n’avons pas tous le même patrimoine génétique et nos comportements sont extrêmement différents.

Pour ce qui concerne la génétique, une première approximation de ce dont nous avons hérité est reflété par nos parents et nos grands-parents : la façon dont ils ont été en forme et en santé est une indication de ce qui a été mis à notre disposition. Cela peut vous sembler très favorable, voire un peu moins.

Toutefois, rassurez-vous : rien n’est joué. Il est des personnes avec un terrain fragile qui, en prenant particulièrement soin d’elles-mêmes, sont en grande forme jusqu’à des âges très avancés ou inversement des personnes, comme mon grand-père, qui avec un terrain favorable (son père, son grand-père et son fils ont tous dépassé les 80 ans) a péniblement atteint 55 ans. Il est vrai qu’il avait mis son estomac à trop rude épreuve en emmenant ses repas avec lui à une époque où les réfrigérateurs étaient rares.

Inversement, une de mes grands-mères a presque atteint 90 ans alors que sa mère était décédée très jeune…

En outre, il a été démontré, en particulier sur la maladie d’Alzheimer, que des jumeaux ayant des comportements différents auront des états de santé différents… Ainsi, si un des deux jumeaux est touché, l’autre, grâce à un comportement plus protecteur, plus préventif, pourra échapper et conserver une vie bien plus autonome…

Sources :

Santé / Prévention – Définition du concept de « Prévention en Santé Publique », Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille, Marseille

« Le carnet de santé de la France », Pr Jean de Kervasdoué, Rémi Pellet, chez Economica

Espérance de vie à la naissance, Statistiques, Perspectives mondiales, Université de Sherbrooke, Sherbrooke

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *